Présentation

    Le collectif « Place à la Solidarité » est né de l’action d’un groupe francilien qui, à la fin de l’année 2016, se réunit informellement pour organiser des évènements solidaires et conviviaux à destination des personnes les plus isolées, telles que les exilé.e.s, les SDF et les précaires, à une période où cet isolement et cette précarité sont particulièrement difficiles à vivre : les fêtes de fin d’année, en plein mois de décembre. Réunissant sur la place de la République des citoyen.ne.s solidaires, certain.e.s déjà engagé.e.s dans des collectifs de soutien aux exilé.e.s ou dans l’organisation d’évènements militants sur la voie publique (Nuit Debout, Debout Education Populaire), ces soirées du 24 et 31 décembre montrent un succès qui leur donnent envie de répéter, et bientôt de pérenniser l’expérience : des fêtes sont organisées à nouveau en décembre 2017, puis tous les deux mois en 2018. A chaque fois, il s’agit de réunir des forces bénévoles pour créer un moment de convivialité, autour de repas, de musique et d’animations artistiques, de la préparation et la distribution de nourriture, de vêtements et de produits de première nécessité, tous issus de dons. L’idée centrale est que donner est nécessaire, mais pas suffisant : c’est en partageant ce que l’on a pu réunir, en créant un moment convivial où les gens restent ensemble l’après-midi et la soirée, que l’on parvient à briser l’isolement, au-delà des gestes d’urgence.

Charte d’adhésion au Collectif

    Le collectif est composé de bénévoles, et les biens qu’il utilise ou distribue sont issus de dons. Personne ne tire d’intérêt financier de l’activité, qui n’est pas financée par des fonds publics ou privés.

    Être bénévole au Collectif, c’est participer à l’organisation des évènements sur la place de la République, en amont ou le jour J, à la hauteur de ses moyens et de ses compétences. En effet, chacun.e vient avec ce qu’il ou elle sait, et ne sait pas, faire : travailler ensemble, c’est accepter de partager les tâches, de transmettre ou apprendre des savoirs, et se montrer bienveillant.e et patient.e à tout moment. L’hésitation ou l’ignorance des un.e.s ou des autres face à certaines tâches doit inciter à partager ses compétences, et non à dénigrer celles des autres. Nous attendons simplement des bénévoles qu’ils et elles se tiennent aux engagements qu’ils et elles prennent librement, en se montrant disponibles et joignables pour accomplir les tâches pour lesquelles ils et elles se sont inscrit.e.s.

    Chacun.e vient également tel.le qu’il ou elle est : les discriminations sexistes, racistes, homophobes ou transphobes (par les gestes ou les paroles) n’ont pas leur place dans le collectif. Nous appelons chacun.e à une grande vigilance quant à ces comportements lors des évènements. Nous souhaitons que le collectif soit un lieu où se développent et se transmettent des pratiques tolérantes et inclusives (efforts pour surmonter les barrières linguistiques, distribution non sexiste des tâches, respect du pronom des personnes transgenres…). Enfin, nous appelons chacun.e à se responsabiliser quant à ses propres besoins : dans le contexte des distributions de dons, veiller à faire passer en premier les personnes qui sont le plus dans le besoin.

    Le collectif est par nature ouvert : nous faisons avec les forces que nous avons et nous accueillons avec grand plaisir toutes les initiatives et propositions. Il n’y a aucune hiérarchie parmi nous, et il est attendu que les tâches et les responsabilités circulent. Toutes les forces sont les bienvenues, pourvu qu’elles respectent cette charte.